Dans la maison du lundi, il y a des plantes, de beaux fauteuils, une salle de bains zen, une chambre pour moi, des murs rouges, des oiseaux, un jardin splendide qui change tout le temps, des rayons de soleil dans les coins.

Dans la maison du lundi, il y a aussi des odeurs de cuisine, des bruits de pas, des cui-cuis, des volets qui grincent et qui claquent, des grandes bouffées d'air du jardin, le matin avant d'aller travailler.

Dans la maison du lundi, il y a la taulière, ses yeux clairs et son sourire immense et son énergie qui gagne toujours, à la fin. Elle boxe en retour la vie qui lui donne des coups, mais elle sait aussi s'enrichir des présents que cette vie lui donne, et qu'elle sait recevoir mieux que personne. Elle m'inspire.

Ensemble on a mangé, parlé, bu et ri, passé du temps sous les arbres, les pieds dans l'herbe, pesté contre le froid et la pluie, couru un peu, ensemble on a habité la maison du lundi qui pour elle est la maison de tous les jours, et qu'elle a rendue accueillante, belle et vivante comme elle.