Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 29 août 2014

Faisons des choses absurdes car à la fin, on meurt

Alice tweete ceci.

Je trouve ça fascinant. Et c’est en partie — l’autre partie étant que ça me faisait marrer — la raison pour laquelle j’ai lancé mon Tumblr de tricot déviant : je trouve incroyable, absurde, touchant, et assez beau qu’on puisse passer autant de temps à fabriquer un truc aussi inutile, voire complètement stupide.

Dans le cas de l’article sus-cité, on peut y voir une recherche du beau, mais quand même, n’y a-t-il pas des milliards d’autres façons de produire de l’esthétiquement plaisant qu’en passant des centaines, des milliers d’heures à faire un travail aussi fastidieux ?

Est-ce de l’art ? Ma réflexion à deux balles sur le sujet : quand je me figure cette femme, penchée sur son travail, en train de penser, de parler, d’écouter de la musique ou que sais-je, tout en choisissant son fil, le coupant, l’enfilant sur l’aiguille etc., je me dis que le processus est aussi, voire plus important que le résultat. Je me dis aussi qu’elle n’en a probablement rien à carrer de savoir si c’est de l’art ou pas : elle fait, c’est tout. Sinon elle se collerait une pelote dans le vagin et elle la tricoterait, ça va plus vite. Ça ne répond pas vraiment à la question, mais ça me parle beaucoup (j’essaie d’apprendre à dessiner, mon but étant d’être suffisamment à l’aise pour en faire un genre de pratique méditative).

Oh, et sinon : buvons à mon anonymat (2004-2014).

mardi 9 mars 2010

C'est exactement ce qu'il manquait à Internet.

Sentant le potentiel énorme de cette pratique jusqu’alors inconnue de moi, j’ai décidé de consacrer un Tumblr au tricot tordu.
(Que ceux qui m’ont envoyé des liens me rappellent lesquels, je n’ai évidemment pas pensé à le noter quelque part et n’ai donc pas pu créditer tous les liens.)

Fucked Up Knitting.

mardi 22 décembre 2009

Comment je trouve une utilité à mes passions

Comme vous l’avez sans doute remarqué, j’ai une passion sans bornes pour le tricot. Mais je ne savais pas jusqu’ici que ce loisir pouvait trouver son utilité dans une cause méconnue : le fétichisme du mohair.
Si vous cliquez sur le lien fourni en bas du billet que je viens de lier, vous entrerez (après avoir dûment certifié que vous avez plus de 18 ans) dans un monde insoupçonné, une grande discussion autour d’une passion qui rassemble, étonnamment, plus de deux personnes : le sexe et le mohair.
D’un autre côté, découvrir qu’une personne crochète des bites en tricot aurait dû nous mettre sur la voie.



Ici, on ne se contente pas d’échanger des messages torrides sur la manière dont on se saucissonnera les uns les autres avec des écharpes lors de la prochaine rencontre IRL. C’est beaucoup plus varié que ça. Par exemple, il y a, au cours de la discussion, un fétichiste des bottes qui s’incruste pour demander si ça vous plairait d’associer bondage, mohair et Louboutin ; on voit alors que le monde du sexe en mohair rassemble des tendances de tous horizons.
Je me demande quelles sont les limites de cette ouverture. Par exemple, peut-on aller jusqu’à présenter un fétichiste du mohair à un fétichiste du cachemire ? Y a-t-il des règles précises dans cette pratique (« 1. Pas de synthétique, 2. Lavage en machine interdit, 3. Essayer de faire passer de l’alpaga pour du mohair est un motif d’exclusion du forum ») ? Une étiquette (l’accouplement entre couleurs qui ne vont pas ensemble est mal vu ; une chèvre angora d’Asie Mineure ne peut constituer un objet sexuel, même si, techniquement, elle est habillée de mohair) ?

Toutes ces questions ne peuvent rester sans réponse. Pour mieux cerner cette tendance et les besoins de ce marché (j’ai toujours pas de boulot, je pourrais peut-être leur fabriquer et vendre des combinaisons à trous), j’envisage une infiltration dans ce groupe, ma foi très accueillant pourvu qu’on montre patte blanche (photos conseillées). Mais j’avoue que je suis un peu inquiète à cette idée. Et si je me faisais happer par cette ambiance brûlante ? Si je m’oubliais au point de laisser tomber ma vie pour me consacrer exclusivement à cette passion nouvelle ? J’hésite encore.
En tout cas si vous ne me voyez pas poster d’ici un mois, vous savez où me trouver.

samedi 21 novembre 2009

Le retour de la bite en tricot





Merci Alice pour cette trouvaille.

samedi 17 octobre 2009

Internet, un monde de diversité (et de pénis en tricot)




- page 1 de 2